Actualités du Relais


 

TÉTANIE

 

LE SAMEDI 23 FEVRIER à 20h30

 

Théâtre

 

par la Cie Passerelles-Théâtre (Argentan)

 

texte et mise en scène de Clotilde Labbé

accompagnement chorégraphique de Sophie Distefano

avec Laura Déforge, Samuel Desfontaines, Guillaume Hincky

lumières d’Auréliane Pazzaglia

 

●● Une traversée entre deux mondes.

●● Trois personnages doivent aller « là-bas » et rencontrent de nombreux obstacles dans leur avancée vers l’autre monde…

●● Une plongée symbolique, sensible et énigmatique, qui emmène les spectateurs dans une introspection, et l’écoute d’une voix de l’intérieur.

●● Une manière d’aborder la question intime de comment grandir après avoir subi le traumatisme de violences physiques et sexuelles.

●● Nous chercherons à créer avec le spectateur, placé en position d’écoute, un lien sensible, en douceur, l’amenant progressivement à s’identifier aux figures qu’incarnent les acteurs.

 
 

L’idée de départ état de faire un spectacle sur l’égalité homme-femme. Il y a eu de longs mois de questionnements. J’ai gambergé et j’ai écrit un texte de plusieurs pages qui venait de loin… Mais, me suis-je dit finalement, pourquoi choisir ce thème si vaste, trop vaste ? Quel est le fond de l’affaire ? Qu’est-ce que j’ai vraiment envie de raconter, moi ?

 

J’ai compris que j’avais d’autres choses à dire, enfouies plus profondément, et que j’étais seule à pouvoir écrire…

 

Oui, je voulais me révolter, pouvoir, à travers un spectacle, exprimer cette amertume face à un monde où plus rien semble n’avoir d’importance, où on croit s’intéresser aux choses à coup de billets et de publicité, où des femmes nues sont encore placardées partout et servent à vendre tout et n’importe quoi.

 

Oui, j’avais envie de dire ma révolte, de m’arracher à cet état de fait épouvantable qui amène une adolescente un peu écervelée à se faire coincer par des mecs parce qu’au fond elle l’a bien cherché, elle était là, elle n’attendait que ça…!

 

La forme du texte me surprend. Il n’y a pas de réalisme. C’est un noman’s land où des personnages énigmatiques traversent des sensations, vivent des résurgences, des images leur apparaissent. Cette forme poétique m’intéresse parce qu’elle sort du débat médiatique qui déforme une souffrance bien profonde qui a besoin de temps pour sortir et pour être comprise. J’ai envie d’amener le spectateur à entendre la difficulté d’avancer lorsqu’on a vécu des violences physiques ou sexuelles, mais doucement, sans brusquer, en l’amenant à s’identifier progressivement aux personnages.

 

Un couloir lumineux qui traverse la scène en diagonale du lointain jusqu’à la face sera le terrain de jeu pour les comédien.ne.s. La musique, les effets sonores, la lumière seront là pour accompagner et modifier l’ambiance et la temporalité de la traversée.

 

Pour les acteurs, un travail de sincérité et d’implication dans le présent : ce qu’ils vivent est bien réel, ils sont entièrement dans le présent de l’histoire qu’ils traversent. Ceci, nous l’espérons, amènera un décalage avec le texte qui est plus symbolique. Inscrire du concret dans un univers poétique pour donner à voir une intériorité vécue.

Clotilde Labbé

 

La représentation sera suivie d’un repas partagé avec l’équipe artistique.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Actualités du Groupe Expir

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire